Mélilot, la chemise

Il y a quelques temps, j’ai fait le constat que je n’avais pas assez de hauts pour l’été et que j’avais quelques chutes de tissus qui me permettraient de coudre ce qui me manquait.

Le choix du patron

Ni une ni deux, me voilà lancée et j’ai immédiatement choisi la chemise Mélilot qui, je le savais, irait parfaitement avec l’une des chutes de mon stock. Cette chemise est un patron de Deer and Doe qui est sorti il y a quelques années et que j’aime beaucoup dans sa version manches courtes. N’étant pas fan des emmanchures tombantes, il y a une de version avec manches longues, je ne réalise que la version estivale, celle sans manche, avec le col Mao.

J’ai apporté une légère modification au patron puisque j’ai harmonisé la taille du dos avec celle du devant, asymétriques dans les versions proposées par D&D.

Le choix du tissu

Comme je vous le disais, il me restait des chutes de tissus qui permettraient de confectionner plusieurs hauts. Parmi elles, un coupon de 80 cm de lin lavé coloris lie de vin acheté il y a plus d’un an chez Cousette.

Dans ce lin, j’avais déjà réalisé une robe (Aime comme Mots Doux de Aime comme Marie) et je savais que le tissu avait le tombé parfait pour Mélilot, mais aussi qu’il conviendrait parfaitement pour l’été (le lin est quand même le tissu que je préfère porter en cette saison).

La couture

Lors de la découpe, j’ai simplement coupé l’une des deux pièces du col dans le droit fil au lieu de la couper dans la pliure, perpendiculairement au droit fil. C’est l’inconvénient d’utiliser un petit métrage, mais cela ne pose aucun souci au niveau du rendu final du vêtement.

La couture de cette chemise c’est très bien déroulée. Les explications, textes et schémas, du livret sont très claires. Il m’a fallu une demi-journée pour découper et assembler soigneusement des pièces. J’ai réalisé des boutonnières dans un second temps.

Les finitions proposées dans le livret sont parfaites et peuvent être réalisées quel que soit son niveau en couture. En effet, ce sont des coutures anglaises qui viennent assembler les pièces dos et devants. Pour les emmanchures et le col, les bords crus sont repliés envers contre envers puis pris dans la couture.

Une belle rencontre ?

Comme pour la première version, que j’avais déjà réalisée dans du lin, je suis très contente de celle-ci ! Le tissu est de qualité et résiste aux lavages. En plus, la forme de la chemise est vraiment confortable et passe partout à tel point que je l’utilise aussi bien en rando qu’au boulot.

Peut-être que pour une troisième Mélilot, je tenterais un tissu plus léger, mais j’ai peur de perdre la structure donnée par le lin… qu’en pensez-vous ? L’avez-vous cousue ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :